18 juillet 2007

"Immersion"

Trois_couleurs

"Je déambulais un matin dans le jardin de l'atelier des Lauves. Il est resté tel qu'on le voit sur des photos de la fin du siècle, lorsque Cézanne y peignait. C'est un jardin qui semble à la fois être à l'abandon tout en ne l'étant pas. C'est un jardin sauvage comme je les aime. En descendant sa pente, pas très loin de l'atelier, sur la gauche, se trouve une croisée d'arbres. En la découvrant, je me suis immédiatement dit "les baigneuses". Et l'image m'est apparue... C'était vers dix heures, la lumière perçait le feuillage, les verts, les jaunes, les rouges y étaient. C'est l'endroit d'où ont été peintes certaines baigneuses. J'en suis sûre. Le jardin est un lieu magique où je n'ai cessé de venir presque chaque jour, à différentes heures de la journée. Il est d'arbres et de buissons. Des parties sont plus accessibles, d'autres moins. On entend les oiseaux. Le soleil apparaît, disparaît. Je venais m'y asseoir régulièrement, écouter, regarder, renifler, aquareller. De l'atelier, on ne peut voir la montagne. Mais elle n'est plus très loin. Dès que l'on grimpe un peu, que l'on s'éloigne petit à petit des habitations. On la sent d'abord, en grimpant toujours plus haut, puis elle apparaît, et c'est véritablement une apparition. Tout comme le jardin des Lauves, j'ai arpenté le chemin du même nom plusieurs fois par jour, à différentes heures, par temps variants. Je partais souvent en dehors d'Aix, l'après-midi, prenant la route tantôt de Vauvenargues, tantôt de St-Antonin... abordant la montagne par le nord, par le sud... la reconstruisant sans cesse mentalement, corporellement."

Posté par debeire à 09:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur "Immersion"

Nouveau commentaire